Conférenciers et animateurs

Judikaela Auffredou

Judikaela Auffredou

Directrice en stratégie chez Havas Canada, Judikaela Auffredou a complété un baccalauréat en science et d’une maîtrise en administration des affaires. Sa vaste expérience et sa grande polyvalence sont le résultat d’années de travail en agence, en régie publicitaire et côté marketing annonceur. Elle a accompagné des marques prestigieuses telles que Club Med, Via Rail, Unilever ou Microsoft. Sa motivation : aider les marques à tisser des liens durables et pertinents avec leurs consommateurs.

Françoise Benhamou

Francoise Benhamou

Françoise Benhamou est économiste, Professeur des universités, spécialiste de l’économie de la culture, des médias et du numérique. Elle est membre du collège de l’ARCEP, membre du Cercle des Économistes, du Comité directeur de l’Association française de sciences économiques, du Comité de rédaction d’Esprit et du Journal of Arts & International Affairs, du Conseil d’orientation de la fondation Jean Jaurès, du Conseil d’administration du Musée du Louvre, du Comité consultatif des programmes d’ARTE. Elle a présidé l’Association for Cultural Economics International.
Elle est l’auteur de nombreux livres, rapports, articles académiques et articles grand public, notamment : Le livre à l’heure numérique. Papier, écrans. Vers de nouveaux vagabondages, Paris, Le Seuil, 2014 et Politique culturelle, fin de partie ou nouvelle saison?, Paris, La Documentation française, 2015.

Jean-Philippe Cipriani

jpc2

Animateur pour cette 9ème rencontre, Jean-Philippe Cipriani est chef des nouvelles numériques à La Presse canadienne. Longtemps journaliste économique, à Radio-Canada ainsi qu’au magazine L’actualité, il est aussi chroniqueur littéraire à l’émission Plus on est de fous, plus on lit, à Ici Radio-Canada Première, depuis six ans. Il collabore aussi à l’émission Soft Power, sur France Culture. À Télé-Québec, il est reporter pour l’émission de consommation Ça vaut le coût, animée par Marie-Soleil Michon. Auparavant, il a été reporter au Téléjournal et RDI, et il a dirigé la salle des nouvelles du Huffington Post Québec.

Josée Garceau

Josée-Garceau

Historienne, diplômée de l’Université de Sherbrooke, Josée Garceau  y a fait carrière durant 25 ans, occupant des postes aux Services aux étudiants, au Bureau du registraire et au vice-rectorat aux relations internationales. C’est en tant que directrice du bureau du recrutement des étudiants qu’elle a développé une expertise sur la génération Y qui, au fil de ses recherches, s’est élargie aux relations intergénérationnelles au travail. Fréquemment demandée par les médias pour commenter l’actualité du point de vue générationnel, Josée Garceau est reconnue pour son approche pratique et intégrée.
Auteure du livre La cohabitation des générations, publié aux éditions La Presse, Josée Garceau a mis sur pied son bureau de consultant, Symposium, qui offre des conférences aux entreprises et organisations intéressées à en savoir plus sur l’impact des différences générationnelles au travail.

Mélanie Jannard

Mel-Jannard
Photo : Rémi St-Onge

Réviseure et rédactrice à la pige, Mélanie Jannard a étudié en communication et en édition à l’Université de Sherbrooke. Elle a collaboré à plusieurs blogues et a été chroniqueuse web à l’émission spécialisée Bédéphilement vôtre sur les ondes des CIBL. Il y a un an, elle a lancé sa chaîne YouTube où elle met de l’avant la littérature québécoise contemporaine. Elle est aussi auteure et son premier recueil de poésie paraîtra en 2017

Dominique Jutras

Jutras Dominique - photo

Directeur de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec depuis juin 2007, Dominique Jutras œuvre dans le secteur de la culture depuis plus de 30 ans et a une solide expérience en recherche. D’abord actif dans le domaine de la diffusion en cinéma et télévision, il travaille par la suite comme analyste à l’Institut québécois du cinéma, puis en planification et recherche sur les industries culturelles à la Société de développement des entreprises culturelles. Son travail à l’Institut de la statistique du Québec le conduit à participer à des comités d’experts internationaux, notamment à l’invitation de l’Institut de statistique de l’UNESCO. Ces travaux  portent entre autres sur les indicateurs de diversité culturelle, l’emploi en culture, les industries culturelles, les systèmes de classifications des industries et des professions. Il a aussi été membre du Comité consultatif national de la statistique culturelle (2007 à 2012) et du Comité consultatif de la statistique des services (2013 à 2016) de Statistique Canada. Son parcours est marqué par l’intérêt qu’il porte à la production et au transfert des connaissances et du savoir. À ce titre, il s’intéresse tout particulièrement à l’étude des enjeux et des effets sociaux et économiques de la culture.

Claude Martin

claude-martin4389

Claude Martin est professeur honoraire au Département de communication de l’Université de Montréal et professeur associé à la Section Communication sociale du Département de Lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il est docteur en sciences économiques de l’Université d’Aix-Marseille II. Ses enseignements et ses recherches ont porté sur les médias et les industries culturelles, l’histoire des médias, les statistiques de la culture, les produits culturels à succès tels les best-sellers, l’enregistrement sonore, la programmation télévisuelle, la publicité et l’économie du Québec. Il a collaboré régulièrement aux travaux de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec, dont il a été membre du Comité de direction, et il a été membre du Comité consultatif national de la statistique culturelle de Statistique Canada.

Fenwick McKelvey

fm-web3

Fenwick McKevely est Professeur assistant au Department of Communication Studies de l’Université de Concordia. Il étudie les algorithmic media, c’est-à-dire l’intensification des logiciels dans les communications. Il s’intéresse en particulier aux logiciels dédiés à la gestion du trafic sur internet. Avant de rejoindre Concordia, Fenwick McKelvey était chercheur invité et chercheur post-doctoral (CRSH) au Department of Communication at the University of Washington et travaillait avec le Dr. Phil Howard. Il a obtenu un Ph.D. dans les programmes en Communication et Culture des universités de York et Ryerson.

Claude Vaillancourt

Photo : Martine Doyon
Photo : Martine Doyon

Claude Vaillancourt est romancier, nouvelliste et essayiste. Dans ses romans, il réfléchit sur les liens complexes entre la vie et l’art (L’Inconnue, 2011; Réversibilité, 2005; L’eunuque à la voix d’or [nouvelles], 1997; La déchirure, 1992; Le Conservatoire, 1990), ou développe une vision critique de la société contemporaine (Les années de bataille, 2009; Les onze fils, 2000; Les sirènes de Zicatela,2014). Ses essais reflètent ses préoccupations variées, tant la littérature, la politique que l’économie, notamment dans Le paradoxe de l’écrivain (2003), Différence et contrôle social. Le syndrome de Procuste (2013) et L’âge économique (2016). Il est président de l’organisation altermondialiste ATTAC-Québec (Association pour une taxe sur les transactions financières et pour l’action citoyenne). Au sein de cette organisation, il a surtout défendu les dossiers reliés au libre-échange et au commerce international. Claude Vaillancourt a écrit plus d’une centaine d’articles dans de nombreux journaux et revues portant sur la politique, la société, l’économie, la culture. Il est membre du comité de coordination de la revue À bâbord ! Il tient également un blogue sur le site du Journal des Alternatives et sur le site du Huffington Post Québec. Il donne de nombreuses conférences, principalement sur les sujets reliés à la mondialisation, les accords de libre-échange, l’altermondialisme – mais aussi sur la littérature. Il a écrit plusieurs manuels scolaires conçus pour l’enseignement du français au collégial, dont plusieurs avec Michel Trépanier. Son plus récent, Anthologie de la littérature québécoise, a remporté le Prix de la ministre 2009.

Marcello Vitali-Rosati

mvr

Marcello Vitali-Rosati est professeur agrégé de Littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française et il est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Après avoir étudié la philosophie à l’Université de Pise et publié une première monographie sur Emmanuel Lévinas, il a obtenu un doctorat en philosophie (Pise / Paris IV-Sorbonne, 2006). Sa thèse (Corps et virtuel. Itinéraires à partir de Merleau-Ponty, publiée chez L’Harmattan, Paris, 2009) portait sur le concept de virtuel, notion à laquelle est également dédié son essai S’orienter dans le virtuel (Hermann, Paris, 2012). Son dernier ouvrage, Égarements, amour, mort et identités numériques (Hermann, Paris, 2014), explore la question identitaire telle qu’elle se pose à l’ère d’internet. Il a enseigné à l’Université pour étrangers de Pérouse (Italie) et dans des écoles d’art et de technologie à Paris. Il mène une réflexion philosophique sur les enjeux des technologies numériques : la notion d’identité virtuelle, le concept d’auteur à l’ère d’Internet, et les formes de production, publication et diffusion des contenus en ligne.

Catherine Voyer-Léger

Après des études supérieures en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Catherine Voyer-Léger a fait carrière comme gestionnaire dans le milieu culturel. Installée dans la région d’Ottawa/Gatineau depuis sept ans, elle coordonne aujourd’hui les activités de l’Alliance culturelle de l’Ontario et travaille en étroite collaboration avec l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick. Aussi écrivaine, elle a publié trois livres : Détails et dédales et Désordre et désirs (Hamac), des recueils de chroniques, et Métier critique (Septentrion), un essai sur l’état de la critique culturelle. Elle est chroniqueuse aux émissions C’est fou et Les Malins à Ici Radio-Canada Première et poursuit une maîtrise en lettres françaises, à l’Université d’Ottawa, sous la direction de Lucie Joubert.

Jean-Luc Treutenaere

jct2

Largement autodidacte, Jean-Luc Treutenaere a découvert les métiers du commerce sur le terrain, en travaillant pour des indépendants, des spécialistes ou des hypermarchés avant de devenir disquaire en 1992 en travaillant pour la Fnac à Bordeaux. De 1998 à 2000, il a pris la direction des 4 premiers magasins Cultura, jeune chaîne indépendante qui promeut l’accès à la culture et aux produits éducatifs et artistiques, puis en 2000 celle des équipes produit. Il a emmené, avec l’aide de tous ses collègues, cette jeune société jusqu’au rang de deuxième libraire en France. Depuis 2012, Jean-Luc Treutenaere est directeur des relations extérieures de l’enseigne. Il occupe également la présidence du SDLC, syndicat des distributeurs de loisirs culturels depuis 2009. Depuis 2014, il est co-président de l’EIBF – Fédération Européenne et Internationale des Libraires. À ce titre, il défend les intérêts tous les libraires dans un monde où les évolutions du marché, de la consommation et des usages posent de nouveaux challenges (Retrouvez la charte du livre ici).  Il est passionné de littérature, de BD et de musique. Il joue de la guitare et de la basse (très mal, mais toujours avec passion). Il aime la bière et le bon vin : comme quoi rien n’est irréconciliable !

Liste complète des conférenciers à venir